Contactez nous: 514-529-9599

Augmentation mammaire offerte à l’Île-des-Soeurs

Des seins petits ou affaissés peuvent altérer l’harmonie d’une silhouette et constituer une source d’embarras pour certaines femmes. Or, la confiance en soi est primordiale pour une vie épanouie. Si tel est votre cas, sachez que la chirurgie esthétique peut vous apporter des solutions sécuritaires avec des résultats d’allure naturelle. Au Centre de Chirurgie Plastique de l'Île-des-Sœurs, l’augmentation mammaire est offerte tant pour des raisons cosmétiques que de santé, comme dans le cas d’un remplacement de prothèse. Venez en discuter avec le Dr Joseph Bou-Merhi.

Une intervention en toute sécurité

L’augmentation mammaire, une des opérations les plus recherchées en chirurgie esthétique, est une intervention très sûre. En effet, toutes les études scientifiques sérieuses faites depuis 40 ans montrent que les implants de silicone sont inoffensifs pour la santé. Pour les femmes qui, malgré tout, restent inquiètes, la prothèse remplie de sérum physiologique est une option rassurante.

Éléments à considérer dans le cadre d’une augmentation mammaire :

Intervention et rétablissement

L’intervention se fait sous anesthésie générale et vous rentrez chez vous le jour même. La douleur postopératoire varie beaucoup d’une patiente à l’autre. La plupart d’entre elles prennent leurs médicaments contre la douleur pendant les premiers jours et peuvent retourner au travail après une semaine. Seules les patientes effectuant un travail très physique attendent deux semaines. Un suivi est assuré sur plusieurs mois et votre chirurgien plasticien est toujours à votre disposition en cas d’inquiétude. Afin de vous accommoder, les délais pour la consultation et l’opération sont les plus brefs possibles.

L’augmentation des seins et votre santé

Les risques pour votre santé sont tous probablement nuls. L’augmentation mammaire est pratiquée depuis plus de 30 ans et des millions de femmes ont subi cette opération. Aucune étude scientifique sérieuse n’a pu associer quelque maladie que ce soit aux prothèses mammaires. Bien sûr, il est indispensable de rappeler que toute femme ayant plus de 50 ans doit recevoir annuellement une mammographie et un examen des seins.

La durée de vie des prothèses

Suite à l’intervention, des problèmes peuvent survenir au niveau de l’implant lui-même : rupture, capsule indurée (durcie), changement de sensibilité, déplacement, replis, ondulations, etc. Des actions appropriées peuvent corriger tout problème éventuel, mais la grande majorité des patientes ne connaissent aucune difficulté. Aucune prothèse mammaire ne dure indéfiniment, évidemment, même si la plupart peuvent être gardées de 15 à 20 ans. Une rupture ou un durcissement (capsule) finira par se produire et de nouvelles prothèses devront être mises en place. Par contre, tant qu’aucune complication ne survient, il n’y a pas d’intérêt à effectuer un changement. Sachez aussi que les implants en gel devraient faire l’objet d’un suivi par résonnance magnétique tous les 3 ans.

Les différents types de prothèses

 La prothèse de gel de silicone :

Ronde et lisse, elle est de loin la plus utilisée dans le monde parce qu’elle imite la consistance au toucher d'un sein normal. Elle est remplie d’un gel cohésif qui ne fuit pas. En effet, son enveloppe a été renforcée et ne laisse pas suinter le silicone comme les anciennes prothèses du même type. Cette amélioration en fait un choix tout à fait sûr et esthétiquement satisfaisant.

 La prothèse au sérum physiologique (saline) :

Le choix par excellence des femmes qui ne veulent pas de silicone dans leur corps. Si la consistance du sein au toucher est légèrement moins naturelle que la précédente, la forme obtenue est tout aussi belle. De plus, cette prothèse est plus versatile, puisque le volume de liquide qui la remplit peut être modifié pour corriger une asymétrie ou pour satisfaire une patiente déçue de son choix initial de grosseur.

 La prothèse profilée :

En forme de goutte d’eau, est avantageuse dans certaines situations comme lorsqu’il y a absence de tout tissu mammaire ou lorsqu’un sein est tombant puisqu’elle permet d’élever légèrement le mamelon et de réduire les déformations de contour (double bubble deformity).Cette prothèse contient le gel cohésif lll, c'est-à-dire qu'il est plus ferme et garde sa forme.

 La prothèse Inspira de gel cohésif lll « suremplie » :

Elle accentue le galbe du sein pour donner un décolleté plus prononcé, garde sa forme même en position assise ou debout et réduit le taux de vagues et de replis.

Le choix du site d'implantation

La prothèse peut être placée derrière le muscle pectoral ce qui la rend moins visible et moins palpable. Le sein paraît alors plus naturel. Toutefois, l’implant peut être placé devant le muscle pectoral quand la patiente possède un bon pannicule adipeux (accumulation graisseuse sous la peau) pour la recouvrir. Cependant les prothèses lisses ont un taux de durcissement (contracture de la capsule) beaucoup plus élevé lorsqu’elles sont placées devant le muscle. On doit donc utiliser un implant texturé, c’est-à-dire dont la surface a été modifiée pour que les tissus s’y agrippent. Cela peut donner un sein moins mobile qu’un sein naturel.

Le choix de la taille des seins

C’est le droit de chaque patiente de choisir la grosseur de la prothèse. Certaines décident d’avoir une petite prothèse, pour obtenir un sein d’allure très naturelle qui ne laisse soupçonner aucune chirurgie. La grande majorité des patientes optent pour une prothèse qui donne un bonnet C. Enfin, d’autres font le choix d’une prothèse de grand volume, soit parce que cela s’accorde mieux à leur silhouette, soit parce qu’elles préfèrent une poitrine forte.

Afin de vous aider à sélectionner la parfaite taille d’implant, le Dr Joseph Bou-Merhi vous proposera des prothèses d’essai de différents volumes. Elles seront placées dans un soutien-gorge, ce qui vous permettra d’entrevoir le résultat final de l’opération. Quel que soit le volume désiré, un choix de projection (avancée de la prothèse vers l’avant) et de diamètre (rapport entre la hauteur et la largeur de l’implant) sera fait en fonction de la largeur de votre sein naturel. Des photos de patientes vous seront également montrées pour vous aider dans votre décision. Enfin, une aide précieuse peut venir de vos connaissances : des femmes qui ont subi l’opération avec un résultat qui vous plaît et dont la stature est semblable à la vôtre.

L’emplacement de l'incision

Trois emplacements sont considérés pour dissimuler l’incision lors d’une augmentation mammaire :

  • L’incision dans le pli sous le sein est la plus utilisée. Elle permet de bien positionner la prothèse, de bien contrôler le saignement et même de modifier l’insertion inférieure du muscle pectoral lorsque le sein est tombant, tubéreux ou d’une forme atypique.

  • L’incision axillaire (sous l’aisselle) donne un sein sans cicatrice, mais comporte certains désavantages, car il est plus difficile de bien positionner la prothèse, de modifier le muscle ou de faire des repositionnements.

  • L’incision peut aussi être faite autour de l’aréole, ce qui laisse souvent une cicatrice très peu visible. Cependant, il y a un risque plus élevé de perdre la sensibilité du mamelon et de connaître des difficultés à l’allaitement.

Le Dr Joseph Bou-Merhi saura déterminer la bonne façon de procéder dans votre cas et vous expliquera les avantages et les inconvénients de chaque option pour vous. Posez-lui vos questions : il se fera un plaisir de vous répondre.

Création de

Mention legale